14-01-2021 – Histoire de l’ABP

L'ABP au fil du temps.

Replongeons-nous dans l’histoire de l’ABP

En ce début d’année, nous voulions vous faire découvrir (ou redécouvrir) cette belle aventure que l’ABP vit depuis sa création en 1938. 

Avec la collaboration de Daniel Peltzer, président honoraire de l’ABP, nous avons retracé les moments clés de notre asbl.
Un bel historique qui permet de comprendre le combat mené par l’ABP depuis tant d’années et l’évolution des ses services. 

Plus de 82 ans d’existence

Créée par des polios, l’association voit le jour en 1938 sous le nom de « Amicale Belge des Paralysés » et prend le nom d’ « Association Belge des Paralysés/Belgische Vereniging voor Verlamden » en 1964.

A sa création, il n’existe que très peu d’associations de patients et aucune regroupant des polios. L’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite est très limitée, voire totalement absente : aucun  moyen de transport adapté, peu (ou pas) d’aides sociales disponibles, pas d’allocations, pas de kiné, peu (ou pas) d’appareillages d’aide à la marche, peu (ou pas) de connaissance de la « paralysie infantile », …

Certains ont cependant pris conscience de l’isolement des personnes en situation de handicap et se sont demandé quels étaient les besoins des personnes plus fragilisées, quelle sont les choses qui les rendent heureux. Toutes ces réflexions ont mené à un constat essentiel : la personne handicapée veut être utile, être indépendante si possible, gagner sa vie, en étant source de joie au lieu de peines et de soucis. Ce sentiment omniprésent de toujours dépendre de quelqu’un, de ne pas pouvoir profiter des loisirs ou de ne pas pouvoir exercer une activité professionnelle, impacte énormément leur bien-être psychologique et par conséquent leur santé.

Une « œuvre » a dès lors été créée : l’Amicale Belge des Paralysés. Son ambition est d’aider les personnes en situation de handicap (surtout polios), de toutes les classes sociales et de toutes les opinions, en leur rendant visite, en leur offrant une oreille amicale et attentive et en améliorant leur quotidien (prêt de matériel, mise au travail, divertissements, …).

L’ABP, fondée par Lucien Landy, Albert Missu et Jean Poels – tous trois polios – prend rapidement de l’ampleur.
Grâce à la motivation de ses membres et de ses équipes, l’ABP est toujours présente, 82 années plus tard, avec les projets du passé et de belles perspectives d’avenir mais toujours avec la même envie, « aider les personnes en situation de handicap à agir seules ».

L’évolution des services de l’ABP, entre soutien, loisirs et vie professionnelle

Le service social

Fondé en 1939 par Elise Ranwez, le service social s’est rapidement développé sous la direction d’Elisabeth Michotte van den Berck entre 1944 et 1973.

En 1949, ce sont 5 assistantes sociales et 2 monitrices qui s’occupaient de 1210 personnes en situation de handicap, membres de l’association. Ce service a compté jusqu’à 10 assistantes sociales qui assuraient les visites et les relations avec les membres, répartis sur l’ensemble du territoire belge.

L’ABP apporte ainsi son aide, ses conseils et organise des activités régulières dans la région de Bruxelles-Capitale, du Brabant Wallon, des Flandres orientale et occidentale, du Hainaut ou encore de la Province de Namur et du Luxembourg.

Le service de proximité a progressivement été assuré par d’autres organismes, telles que les mutuelles ou les communes, rendant petit à petit le service social de l’ABP moins indispensable qu’à la fin du siècle dernier.

L’atelier protégé

L’ABP s’est toujours souciée de sortir les personnes en situation de handicap de chez elles en les aidant à avoir une activité professionnelle. Le besoin de pouvoir s’assumer soi-même est essentiel pour procurer du bonheur aux personnes plus fragilisées.

Dès le début des années 1950, elle a organisé des journées d’entraide artisanale, préfiguration de ce que l’on a appelé ensuite des ateliers protégés. Elle s’est ensuite organisée pour donner du travail au domicile des personnes bloquées chez elles par leur handicap.

En 1964, l’ABP crée le 17ème atelier protégé de Belgique. Ses activités principales sont la manutention et le publipostage. Cet atelier engage de plus en plus de personnes ayant la volonté de s’intégrer dans la société et déménage dans des locaux plus grands en 1997, créant l’Entreprise de travail adapté, « ABP-Entreprise ». Cet atelier a compté jusqu’à 80 travailleurs en situation de handicap.

En 2005, ABP-Entreprise fusionne avec MANUFAST, une autre entreprise de travail adapté, pour mettre à profit la complémentarité des deux sociétés. Aujourd’hui, ce sont plus de 300 personnes qui y travaillent dont 250 en situation de handicap.

Les centres provinciaux et sections locales

Désirant rester proche de ses membres, l’ABP gère jusqu’à la fin des années 1990, plusieurs centres provinciaux ou sections locales actifs à Bruxelles, Rixensart, Tournai, Boussu, Antwerpen, Vilvoorde, Mechelen et les deux Flandres. Des réunions sont organisées régulièrement au cours de l’année, ainsi que des visites ou des activités récréatives. Suite à la régionalisation et la création de nouvelles asbl, le nombre de sections locales a diminué.

A l’heure actuelle, l’ABP possède toujours une section dans la région de Boussu qui existe depuis 50 ans. Elle organise, chaque mois, des activités culturelles et inclusives en accord avec l’esprit de l’ABP.

La section Polio

L’Association Francophone Polio & Post-Polio, créée en 2005 dans la région d’Andenne, prend contact avec l’ABP en 2012 pour demander une aide logistique et administrative. Ce partenariat a vite évolué en une fusion dès janvier 2013. Cette fusion prend tout son sens pour l’ABP qui renoue de la sorte avec sa mission d’origine d’aide aux survivants de la polio. 

Cette section « ABP-Polio » rassemble et informe les victimes de la polio lors de réunions sur l’évolution du syndrome post-polio et les séquelles de cette maladie.

L’ABP est également un des cinq membres fondateurs de la EUROPEAN POLIO UNION (EPU), abrite son siège social et s’occupe de la gestion de la trésorerie de cette association internationale. Fondée en 2006, l’EPU compte aujourd’hui une trentaine de membres provenant de 20 pays européens, représentant plus de 30.000 membres survivants de la polio. 

Les camps de vacances

C’est en 1949 qu’une des activités phares de l’ABP voit le jour : les camps de vacances pour personnes handicapées. Fondés par Fabienne Van Roy, ceux-ci ont beaucoup évolué au fil du temps mais gardent toujours le même esprit. Ces séjours permettent aux « campeurs » (=personnes de grande dépendance) de s’évader de leur quotidien – familial ou institutionnel – pendant une semaine minimum, entourés de jeunes aidants et organisateurs, tous bénévoles, qui s’impliquent à part entière pour les rendre pleinement heureux pendant leur séjour.

Actuellement, trois camps se déroulent chaque année pendant l’été à Bruxelles, Marbehan et Oostduinkerke pour près de 90 personnes handicapées, accompagnées de plus d’une centaine d’aidants bénévoles et organisateurs.

Les activités proposées et la variété des participants laissent place à un réel partage et créent de vraies rencontres entre toutes les personnes (tant handicapées que bénévoles) présentes durant ce séjour. L’expérience montre que les bénévoles reçoivent de la personne dont ils vont s’occuper pendant le séjour au moins autant qu’ils/elles lui auront donné ! Un vrai moment de bonheur et de détente pour tous les participants.

Les activités de loisirs

Au travers de ses sections locales et des camps de vacances, l’ABP réalise à quel point les loisirs sont importants pour le développement personnel et le bonheur des personnes en situation de handicap. C’est pourquoi, aujourd’hui, l’ABP s’investit dans le développement des loisirs inclusifs et organise des activités culturelles, touristiques, sociales ou encore sportives. Grâce à l’aide de bénévoles, à la mise en place d’un transport adapté et à la collaboration avec des associations spécialisées en accessibilité, elle rend des sites habituellement inaccessibles aux personnes en situation de handicap moteur, accessibles à tous. Des participants ont par exemple pu gravir les 226 marches de la Butte du Lion de Waterloo ou profiter d’une visite à la Maison Horta à l’aide d’une chaise monte-escalier ou encore suivre une initiation au ski adapté.

Outre la joie procurée à tous les participants qui repoussent les limites de leur handicap, un des objectifs est également de sensibiliser les responsables des différents sites culturels ou sportifs à l’inclusion totale des personnes en situation de handicap.

Les véhicules partagés

En 2015, l’ABP a reçu d’une donatrice un véhicule adapté pour le transport d’une personne en chaise roulante. Consciente de l’importance de la mobilité dans la vie des personnes en situation de handicap, l’ABP met ce véhicule à disposition pour tout type de déplacement. La demande se faisant de plus en plus grande, elle acquiert, en février 2020 grâce au soutien de CAP48, une camionnette permettant de transporter 8 personnes dont 4 personnes en fauteuil roulant, manuel ou électrique.

L’accessibilité, un combat permanent de l’ABP

La mobilité et l’accessibilité sont des éléments fondamentaux pour permettre l’inclusion des personnes en situation de handicap. Depuis sa création et encore aujourd’hui, l’ABP mène un combat permanent pour une pleine accessibilité et une meilleure autonomie.

Elle fonde notamment, en 2006, avec une vingtaine d’autres associations, le Collectif Accessibilité Wallonie-Bruxelles (le CAWAB).

Les droits des personnes handicapées

En collaboration avec les autres associations du secteur, l’ABP place la défense des droits des personnes en situation de handicap au cœur de ses missions.

L’ABP est membre fondateur de Via Autonome (VIA), collectif d’associations représentatives de tous les handicaps qui milite en faveur du Budget d’Assistant Personnel – BAP – en Wallonie et à Bruxelles.

Elle a également mené des actions de recours pour modifier la législation relative aux remboursements d’aides techniques. A deux reprises, avec d’autres associations telles l’Association belge pour les maladies neuromusculaires, la Ligue belge de la sclérose en plaques et l’Association Parkinson, l’ABP a mené – et gagné ! – des combats contre la suppression de remboursements de certaines adaptations coûteuses des fauteuils électriques à Bruxelles ou contre la décision du Gouvernement de la Région Wallonne annulant d’importantes dispositions relatives à l’aide individuelle à l’intégration.

Haut patronage

Au cours de son histoire, l’ABP a pu bénéficier de l’attention renouvelée de la Famille Royale de Belgique. Dès le début des années 1960, la Reine Fabiola a accepté d’accorder son haut patronage à l’association et a honoré de sa présence plusieurs réunions anniversaires, en particulier celles célébrant les 25ème et 35ème anniversaires de l’association. A l’époque, ce furent des réunions particulièrement réussies.

Quelques décennies plus tard, ce fut, au cours d’une visite au camp de Oostduinkerke, en septembre 2018, que la Reine Mathilde se rendit compte personnellement de l’ambiance extraordinaire de nos camps de vacances créée par les « campeurs » handicapés et les nombreux jeunes aides bénévoles. Tous ceux qui ont eu la chance de participer à cette visite (journalistes, accompagnants, etc.) furent les témoins de l’enthousiasme de Sa Majesté devant l’accueil qui lui avait été réservé.

 

82 ans d’existence et toujours des idées plein la tête pour continuer à rendre notre société accessible à tous. Rendez-vous en 2021 pour les nouvelles aventures. 

(Daniel Peltzer, Cindy Bertijn et extraits de l’ABP-Contact “75ème anniversaire” – Décembre 2020)


Les activités de l’ABP vous attendent !

Image
Image
Image